• Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle

A propos

Rejoignez l'aventure !

© 2019 par Gueule de Joie

"ON N'EST PAS RESPONSABLE DE LA TÊTE QU'ON A, MAIS DE CELLE QU'ON FAIT"

En France celui qui ne boit pas c'est... encore celui qui est stigmatisé.

Sa seule réelle alternative sont les eaux, sodas, jus etc...

Quand on sait combien l'alcool est culturel, il n'est pas toujours évident de s'en satisfaire pour trinquer à l'apéro, accompagner un bon repas, encore moins lors de moments festifs.

Et pourtant il existe une offre encore méconnue de vins, bières et cocktails sans alcool et qui ont du goût. Des boissons qui adoptent les mêmes codes de consommation, sans les effets néfastes.

Sur le marché du sans alcool Gueule de Joie veut représenter une nouvelle catégorie de boissons et proposer une expérience différente et unique pour satisfaire la demande et engager les consommateurs vers une nouvelle manière de boire

BOIRE MOINS

C’EST TOUJOURS MIEUX

Chaque français a de bonnes raisons d’opter pour une consommation d’alcool raisonnable. Outre la sécurité et la santé, de nombreux consommateurs comme les sportifs, femmes enceintes, personnes malades, les religieux ou tout simplement les personnes n’aimant pas l’alcool ont des attentes « zero alcool ».
Mais aussi les cibles plus jeunes, les populations ouvertes à l'innovation, moins connaisseuses et qui ont une vision de sa consommation plus moderne !

MAIS DANS CE CAS

ON BOIT QUOI ?

Chez Gueule de Joie le choix du sans alcool détermine une expérience émotionnelle unique : découverte de goûts nouveaux, jouir de la simplicité et de la naturalité, partager des expériences sensorielles différentes, trouver une stimulation pour le quotidien.

Désormais le "sans alcool" s'assume différent, décomplexé, mais mieux-disant, jouant avec les arômes, sans souci de respecter les codes catégoriels. A cette modernité, le sans alcool ajoute une promesse de plaisir et de convivialité.

LES BIENFAITS D'UNE CONSOMMATION D'ALCOOL RAISONNABLE

Le projet de Gueule de Joie est sociétal et se décline moins en insistant sur les risques pour la santé (cancer, infarctus...), que sur les bénéfices que chacun aurait à boire moins d'alcool, comme perdre du poids, mieux dormir la nuit, être plus concentré, gagner en énergie...
Une tendance amplifiée par le succès croissant de la campagne "Dry January" ("Janvier sobre"), qui encourage à ne pas boire une goutte d'alcool pendant un mois après les excès des fêtes de fin d'année.

LE HEALTHY IMPRIME

SA MARQUE DU COTE

DES BOISSONS

La montée en puissance du sans-alcool va de paire avec une tendance de fond, observée depuis quelques années, autour du bien-être et de la healthy food.

Aujourd’hui plus qu’avant, on prend soin de soi et de son corps, on essaie de mener une vie plus saine. Or, la consommation excessive d’alcool va à l’encontre de cette volonté.

VERS UNE DIMINUTION DE LA CONSOMMATION D'ALCOOL

La consommation d’alcool a baissé de moitié en 50 ans. Elle est passée de 26,0 litres d’alcool pur en moyenne par habitant âgé de 15 ans et plus en 1961 à 11,7 litres en 2017 (la baisse étant presque exclusivement due à la diminution de la consommation de vin et notamment à table). Sur la même période la part du sans alcool dans le budget alimentaire des français a bondi de + 400 % pour atteindre un chiffre d’affaires de plus de 10 milliards d’euros.

UN SUJET DE SANTE DE PUBLIQUE

Il est bon néanmoins de rappeler que malgré cette diminution la consommation de boissons alcoolisées reste profondément ancrée dans les pratiques culturelles françaises :


● 5 millions de personnes boivent tous les jours.
● 9 millions boivent au moins 3 fois par semaine.
● La France se classe au 8e rang mondial des plus gros buveurs au monde.
● En moyenne, chaque Français boit 2,7 verres par jour.


41.000 décès dus à l’alcool chaque année en France !
L'alcool est la deuxième cause de mortalité évitable après le tabac, avec 7% du nombre total de décès de personnes d'au moins 15 ans en 2015, d’après Santé publique France, qui a publié son dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) le 19 février 2019.

screen (4)